aplatkaki
Bibliotheque Tidjani --> Livres sur la tidjaniya en langue Française--> Livre: sidi arbi ben sayeh et sidi fouti --> IV. Sa rencontre avec Sidi Mohammed El Ghali
Copyright © Cheikh-skiredj.com tous droits réservés

Recherche avancée
Liste des livres constituant la bibliothèque Tidjani
Livres sur la Tidjaniya en langues étrangères
Achat des livres
IV. Sa rencontre avec Sidi Mohammed El Ghali

Là encore, laissons notre noble personnage le raconter tel qu'il l'a fait dans son « Rimah » : « En atteignant une certaine contrée, j'entendis parler de la présence de Sidi Mohammed El Ghali (qu'Allah l'agrée) séjournant à la Noble Mecque et je fus pris d'une extrême joie pour cela. J'implorai Allah le Très-Haut pour qu'il me permette de le rencontrer et certes Allah exauça ma demande par Sa pure Faveur. C'est ainsi qu'il m'a réuni à lui à la majestueuse Mecque après la prière du 'Asar (celle de l'après-midi) devant la Station d'Ibrahim. Nous avons fait connaissance, il fut énormément réjoui de ma rencontre et il m'honora en raison de ce qu'il décela sur moi comme véracité. Il me remit le Djawahirou-l-Ma'ani que je possède aujourd'hui, afin que je le consulte. Je demeurai auprès de lui jusqu'à ce que l'on clôture les œuvres du pèlerinage. Après avoir complété cette dévotion, je suis parti avec lui jusqu'à Médine la Lumineuse, que les meilleures prières et les plus pures salutations soient sur ce noble habitant et nous y sommes rentrés le premier jour du mois de Mouharam. Je restais auprès de lui cette année à Médine la Lumineuse (que les meilleures prières et les plus pures salutations soient sur ce noble habitant) mettant à sa disposition ma personne et mes biens, m'attachant entièrement à lui et je suis resté ainsi à son service pendant environ trois années. J'ai renouvelé mon affiliation auprès de lui et il m'a transmis les oraisons essentielles. Il me rectifia dans le cheminement des gens de la voie et il ne cessa de me procurer les Adhkars et de me confier des secrets et j'ai tiré de lui les lumières en concordance avec les domaines de la Loi et des Réalités spirituelles.

Puis, au neuvième mois de la 1ère année qui est le mois d'Allah le Ramadan, je lui ai dit alors que nous étions dans la mosquée du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui), après le Maghreb dans l'emplacement du noble Raouda, entre la chaire du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et son noble Mihrab : « Atteste pour moi que je t'ai vu. » Notre Cheikh répondit : « J'atteste pour toi que tu m'as vu. » Ensuite, il m'a évoqué qu'il avait dit à Seïdina (qu'Allah sanctifie son précieux secret), notre Cheikh et notre lien avec notre Seigneur, le Pôle Caché et l'Intermédiaire scellé, le Secours Suprême, le Connaissant Seigneurial, le Chérif Hassanite, Sidi Ahmed Tidjani, qu'Allah nous abreuve de son océan par les plus grands récipients : « Atteste pour moi que je t'ai vu. » et notre Cheikh (qu'Allah sanctifie son précieux secret) lui a dit : « J'atteste pour toi que tu m'as vu. »

Or, notre Cheikh a rencontré à ses débuts, lors de ses pérégrinations, le Connaissant en Allah, le Chérif Hassanite Moulay Taïeb, le frère du Connaissant en Allah Sidi Chérif Hassani Moulay Touhami originaire de Wazzan et qui était un Pôle. Lorsque Seïdina (qu'Allah sanctifie son précieux secret) le rencontra, il lui dit : « J'ai entendu dire que tu as été honoré d'un immense don. » Moulay Taïeb (qu'Allah l'agrée) lui demanda : « Et quel est-il ? » Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) répondit : « C'est que celui qui te voit, il entrera au Paradis. » Il confirma : « Oui en effet, à part que ce don ne revient pas à moi » ; alors Seïdina (qu'Allah sanctifie son précieux secret) lui demanda : « A qui est-il ? » Il lui répondit : « C'est celui de Cheikh Tha'labi, car celui qui le voit et celui qui voit celui qui l'a vu et celui qui a vu celui qui a vu celui qui l'a vu et cela jusqu'à la 7ème ou 8ème ou 12ème personne, il entrera au Paradis et moi j'ai vu celui qui a vu celui qui l'a vu. » Seïdina (qu'Allah sanctifie son précieux secret) lui dit alors : « Atteste pour moi que je t'ai vu. » Et Moulay Taïeb (qu'Allah l'agrée) lui dit : « J'atteste certes que tu m'as vu. » »

Cheikh 'Omar (qu'Allah l'agrée) ajouta dans son livre : « Et le pauvre en Son Seigneur qui est le Riche, le Grand et le Capable, auteur de ce livre il dit : J'en suis le 6ème par la faveur d'Allah le Très-Haut. » Ce don et prodige de la vision lui fut confirmée à une autre occasion, il a dit : « Un jour lors d'un évènement j'ai vu notre Cheikh Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) et il avait entre ses mains une toge de lumière, et il m'a dit : « Celui qui voit cette toge il entrera au Paradis » ensuite il m'en revêtit. »

Voici ci-dessous l'extrait du diplôme que lui fit en tout premier lieu Sidi Mohammed El Ghali (qu'Allah l'agrée) et qui est mentionné dans le « Rimah » :

« Au Nom d'Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Louange à Allah Seul, et que la prière et la paix soient sur celui après qui il n'il y a plus d'autre prophète.

Il dit, le pauvre serviteur en Allah qui a espoir en Sa Clémence et en Sa Générosité, Mohammed Ghali Abou Talib Tidjani El Hassani, qu'Allah agisse envers lui par Son Agrément dans les deux demeures : J'ai certes pris 'Omar ibn Sa'id ibn 'Othman originaire de la terre du Fouta, de la région de Toro et de la tribu de Kadoury, comme mon aimé dans les deux demeures et celui qui est ainsi est aimé d'Allah et de Son Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) dans les deux demeures, et je l'ai autorisé dans les oraisons essentielles reconnues de notre Tariqa Tidjaniya Mohammediya Ibrahimiya Hanifiya…

Et je l'ai autorisé dans la Salat Fatihi lima oughliqa avec l'intention de son degré apparent et caché, et je l'ai autorisé dans la récitation de la Fatiha avec tel et telle intention et tout ce qu'elle rassemble, et je l'ai autorisé dans la transmission des oraisons essentielles reconnues, pour tout musulman qui le lui réclame, qu'il soit homme ou femme, jeune ou âgé, en état d'obéissance ou de désobéissance, qu'il soit libre ou esclave, et je l'ai autorisé pour qu'il puisse nommer des Mouqadem de ceux qui le lui réclame, et ce, jusqu'à seize personnes et que chacun d'entre eux puisse nommer jusqu'à quatre personnes avec les conditions connus, et celui qui contreviendrait à nos conditions alors il a perdu son affiliation. Et j'ordonne à chacun des Mouqadem qu'il regarde ses frères avec le regard de l'attention et du respect, et qu'il prenne soin à ne pas bouleverser leurs cœurs, et qu'il s'évertue à assainir et à les aider dans leurs affaires mondaines et celles de l'au-delà, comme la visite aux bien-portants, la prise en compte des malades, la sollicitude envers les faibles, et que tout cela soit accompli dans la recherche de l'Agrément d'Allah et la satisfaction de Son Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) et je dis : Tout ce que vous avez entendu sur les mérites du Ouird, de la Wadhifa et du Dhikr du vendredi, tout cela provient de ce qu'à dicté le Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) à notre Cheikh et il a évoqué : « Les mérites qui ont été dévoilés en rapport avec ce qui est resté caché sont, en proportion, comparable à une goutte en rapport avec la mer et il ne nous est pas permis de les énoncer… »

Au cours de ces trois années, la plus grande faveur et le plus éminent enseignement qu'il reçut de ce maître exceptionnel qu'était Sidi Mohamed El Ghali (qu'Allah l'agrée) c'est de connaître plus profondément et d'aimer encore plus notre maître parfait, le Pôle Caché, Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret). C'est ce trésor-là qui lui permit d'atteindre les rives de la servitude et l'honneur de la grande représentation. Parmi les propos que Sidi Mohamed El Ghali (qu'Allah l'agrée) lui révéla et lui commenta sur les déclarations tenues par Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret), c'est qu'il a dit : « Ma station auprès d'Allah dans l'au-delà est telle que personne d'entre les Aouliya ne peut l'atteindre, et personne ne peut l'approcher que sa valeur soit grande ou petite, et parmi l'ensemble des Aouliya, après l'époque des compagnons jusqu'au jour où on soufflera dans la Trompe, il ne s'en trouve pas un capable d'atteindre notre station… » (Rimah)

Cheikh Omar Foutiyou (qu'Allah l'agrée) devait s'exclamer devant ce prestigieux Khalife de Seïdina (qu'Allah sanctifie son précieux secret) : « Sidi je ne cesse de m'étonner sur ce que j'apprends des mérites de ce Cheikh et des mérites de sa voie. » (Rimah)

Cet amour particulier qui prit place dans son cœur se propagea très vite en lui et se refléta avec toujours plus d'intensité jusqu'à sa mort. Ainsi par la langue de la servitude et de la reconnaissance a-t-il dit : « Le mérite accordé à ceux qui suivent repose entièrement sur le mérite détenu par celui qui est suivi. » (Rimah)

Il a relaté aussi à ce sujet : « Souvent il m'observait (Sidi Mohammed el Ghali) alors que j'étais assis auprès de lui puis il disait : « J'atteste par Allah que tu aimes Cheikh. » » C'est pour cette raison qu'il m'aimait d'un amour immense au point que fréquemment il restait auprès du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) lors de sa visite et prolongeait son assise le temps de la durée permettant la lecture de cinq parties (Hizb du Qoran) ensuite il me disait : « Par Allah, en dehors de qui il n'y a pas d'autre divinité que Lui, sache que je ne prolonge cette assise auprès du Prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) que dans des invocations en ta faveur. » Dès lors, ses grâces et sa proximité avec Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) ne vont cesser de se manifester.

Il a rapporté : « Je ne cessai de rester en compagnie de Sidi Mohammed El Ghali à Médine la Lumineuse, (sur lui les meilleures prières et les plus pures salutations) jusqu'à ce qu'Allah fit intervenir par sa pure faveur notre Cheikh, notre maître et notre lien avec notre Seigneur, Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret). » Il dit en effet à Sidi Mohamed El Ghali (qu'Allah l'agrée) : « J'ai déjà accordé à Cheikh 'Omar ibn Sa'id tout ce dont il a besoin de cette Tariqa parmi les Adhkar et les secrets, il ne t'incombe donc que de les lui transmettre. » Aussi, il se conforma à l'ordre du Cheikh et après avoir prié le 'Icha (prière du soir) dans la Mosquée prophétique, il me prit par la main et me positionna face au Prophète (sur lui les meilleures prières et les plus pures salutations) en direction de son noble tombeau. Il me remit ce que le Cheikh (qu'Allah sanctifie son précieux secret) lui demanda de me transmettre entre les mains de ce généreux Prophète (sur lui les meilleures prières et les plus pures salutations) afin qu'il soit témoin pour lui qu'il a bel et bien transmis et parfait ce qu'avait ordonné son enfant qui n'est autre que notre Cheikh Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret). Que lui soient octroyées, de notre part, les meilleures choses qu'un Cheikh peut recevoir de son disciple, et c'est pour cela que je puis dire que je l'ai pris de Cheikh Tidjani lui-même (qu'Allah sanctifie son précieux secret). »

De cet instant il le désigna Khalife de Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) pour le Soudan occidental et ce titre octroyé à une telle époque, bien contrairement à la notre, et émanant d'un personnage aussi prestigieux, considéré comme l'un des quatre piliers de la Tariqa au Maroc, n'est pas du tout anodin. Sidi Mohamed El Ghali (qu'Allah l'agrée) alors qu'il se trouvait avec Cheikh 'Omar (qu'Allah l'agrée) dans la noble mosquée prophétique à l'heure du Douha lui dit alors : « Nous avons désigné des gens comme Mouqadem pour transmettre le noble Ouird mais quant à toi nous te désignons en tant que Khalife d'entre les Khoulafa du Cheikh et non comme simple Mouqadem. » Ce terme de Khalife désigne toutes les personnes ayant atteint la faculté spirituelle leur permettant de faire accéder leurs disciples là où Seïdina Ahmed Tidjani (qu'Allah sanctifie son précieux secret) a fait accéder ses compagnons. Ils sont les serviteurs de la station de Seïdina (qu'Allah sanctifie son précieux secret) et ils possèdent un grade spirituel particulier et élevé.

En effet, conformément au dire du Pôle Sidi Hajj 'Ali Tamacini (qu'Allah l'agrée), ce titre ne peut être accordé en vérité qu'au détenteur de la Grande Ouverture et ce n'est pas tout détenteur de cette Ouverture qui fut pourtant désigné à cette fonction. Ici se démontre la sentence qui dit : « Ce n'est pas tous ceux qui courent après une gazelle qui peuvent l'attraper, mais celui qui l'aurait attrapé a sûrement dû courir après elle. » Par conséquent, il faut mesurer l'ampleur d'une telle responsabilité confiée à ce digne maître et fidèle disciple du Pôle Caché, Sidi Hajj 'Omar Foutiyou (qu'Allah l'agrée) qui a retranscrit dans son « Rimah » : « Lorsque le moment du sevrage arriva et que pris fin ce qui a été décrété par le Bienveillant Savant, il me désigna khalife d'entre les khoulafa du Cheikh… »

arbi-sayeh
 


Page suivante

1•

2• Cheikh ‘Omar Foutiyou Tall

3• I. Introduction

4• II. Sa naissance et son enfance

5• III. Son affiliation à la Tariqa

6• IV. Sa rencontre avec Sidi Mohammed El Ghali

7• V. L’après nomination et le retour

8• VI. Le déclenchement de la guerre sainte

9• VII. Le décès de Cheikh 'Omar

10• VIII. Ses enfants, ses écrits, ses compagnons, ses prodiges

11• Ses compagnons

12• Ses Ecrits

13• Ses Prodiges

14• IX. Visions pieuses

15• Extraits de quelques visions

16• Sidi ‘Arbi ibn Sa-ih

17• I. Ses origines

18• II. Sa naissance et son enfance

19• III. Sa quête de la science

20• IV. Ses maîtres en science

21• V. Son adhésion à la Tariqa

22• Voici quelques-uns de ces nobles personnages dont il tira science et bénédiction

23• Il reçut une Ijaza dans la Tariqa de la part de

24• VI. Son établissement dans la ville de Rabat

25• VII. Son épouse et ses enfants

26• VIII. Ses disciples et ses élèves

27• IX. Ses écrits

28• X. Les éloges des savants à son sujet

29• XI. Son degré et ses prodiges

30• XII. Son décès

   
   
   
   المكتبة السكيرجية التجانية: Bibliotheque tidjani Bookmark and Share
| الواجهة الرئيسية للموقع | version française du site | المكتبة السكيرجية التجانية | اقتناء الكتب | Contact للاتصال | 9 Languages

       أنجز بحمد الله و حسن عونه العميم، و لا حول و لا قوة إلا بالله العلي العظيم، نسأله سبحانه أن يجعل إجازته القبول . و النظر في وجه الرسول. عليه أتم صلاة و سلام. و على آله و أصحابه الكرام. ما بقي للدوام دوام