aplatkaki
Bibliothèque Tidjani--> Livres sur la tidjaniya en langue Française--> Livre: tariqua mal interpretee par adnani --> 6
Copyright © Cheikh-skiredj.com tous droits réservés

Recherche avancée
Liste des livres constituant la bibliothèque Tidjani
Livres sur la Tidjaniya en langues étrangères
Achat des livres
La Rahmaniya est une branche algérienne de la confrérie Khalwatiya, dont le fondateur est Abd-ar-Rahman Al Azhari (1208h - 1793). Or, pour marquer la corrélation entre les deux, les historiographes coloniaux, comme G. Draque (connu sous le nom de colonel Spellemen, auteur d'un ouvrage « Esquisse d'histoire religieuse du Maroc »), rattachent la Tijaniyya à la Khalwatiya.

D'autres historiographes français, sont moins tendancieux, comme P.J. André, qui précise, dans son ouvrage (l'Islam Noir - 1924 p.59) que « la Tijaniyya est née de l'effort personnel d'Ahmed » (p.25). De là, ce tiraillement actuel qui perdure, en conflit, entre les deux frères, l'Algérie et le Royaume du Maroc.

Dans d'autres chapitres de son ouvrage, Jilali soulève d'autres problèmes, pour conforter la thèse coloniale, en semant le doute sur tout ce qui a été élaboré dans les sources tijanies. Il croit devoir remettre en question des propos émis par le voyageur Al-Ayyachi dans sa Rihla, concernant l'enracinement du savoir dans la famille des Tijanis à Aïn Mâdi. « Nos investigations, suggère-t-il, ont démenti cette affirmation (p.46). En relatant la suprématie des juristes, dans cette localité, il nia tout charisme aux ancêtres de Sidi Ahmed Tijani. Poursuivant ses diffamations effrénées, Jilali essaie de corroborer, coûte que coûte, certains actes incontrôlables, indignes des Tijanis d'Aïn Mâdi. Il cite, entre autres, une soi-disant lettre adressée au gouverneur Général d'Algérie, par celui qu'il appelle Ahmed II (c'est-à dire Sidi Ahmed Ammar, petit fils de Sidi Ahmed).

Se référant toujours à des sources coloniales, pour étayer se calomnies, il se fie aux allégations du Chef de Bureau de Tiaret, qui prétend que le Cheikh Sidi Ahmed « ne se livrait pas à la méditation et à la prière » mais « se donnait, plutôt à l'alchimie » «pour fabriquer la fausse monnaie. »

tariqa-mal-interpretee
 


Page suivante

1• La Tijaniyya malinterprétée par Jilali Al Adnani

2•

3•

4•

5•

6•

7•

8•

   
   
   
   المكتبة السكيرجية التجانية: Bibliotheque tidjani Bookmark and Share
| الواجهة الرئيسية للموقع | version française du site | المكتبة السكيرجية التجانية | اقتناء الكتب | Contact للاتصال | 9 Languages

       أنجز بحمد الله و حسن عونه العميم، و لا حول و لا قوة إلا بالله العلي العظيم، نسأله سبحانه أن يجعل إجازته القبول . و النظر في وجه الرسول. عليه أتم صلاة و سلام. و على آله و أصحابه الكرام. ما بقي للدوام دوام