skiredj aplatbleu
1-3- Livres de base sur le soufisme, les règles de la Tarika Tijania et son fondateur Sidi Ahmed Tijani (12 publications)
 
Copyright © Cheikh-skiredj.com 2011(tous droits réservés)
 
21- Boulough Al Amani : Atteinte des souhaits spécifiant l’autorisation du disciple Tijani..........

 

•  Document de 4 pages , dans lequel l'auteur a donné son conseil aux disciples de la voie tijanie en ce qui concerne les conditions des pratiques des rites tijanis, le mode de la glorification de Dieu « Et Tassbih » ( ÇáÊÓÈíÍ ) et « Kada'ou El Fawa'Ites » ( ÞÖÇÁ ÇáÝæÇÆÊ ) afin de s'acquitter de la dette des anciennes prières non effectuées , tout en insistant sur la nécessité d'éviter d'utiliser le nom principal divin « Al Issme Al A'âdzam » ( ÇáÇÓã ÇáÃÚÙã ) pour un but matériel.

L'essentiel du contenu de ce livre de base est le suivant : Au nom d'Allah, le clément, le miséricordieux. Que le Salut d'Allah soit sur le prophète et ses compagnons. La tariqa Tijania est une voie soufie qui doit être enseignée et citée toute seule, sans aucune autre voie soufie, suivant une autorisation authentique d'un Moqaddem connu, dont la séquence spirituelle va jusqu'au Sheikh suprême, Sidi Ahmed Tijani. Par l'occasion, l'auteur Sidi Ahmed Ben Haj Layachi Skiredj, rappelle que le plus haut niveau de son autorisation pour enseigner la Tariqa Tijania est celui de l'érudit Sidi Ahmed Abdellaoui qui a été authentiquement autorisé par le pôle Sidi Ali Tamassini, dont l'autorisation lui a été directement confiée par le Sheikh suprême Sidi Ahmed Tijani, qui, à son tour a été autorisé directement par le prophète Sidna Mohamed, en éveil, pas en rêve.

Les principales conditions de la tarika tijania sont les suivantes : S'engager à citer les litanies (le wird deux fois par jour, matin et soir, la wadzifa une fois par jour, après la prière de Assre et la haylala une fois par semaine, chaque vendredi après la prière du Assre) jusqu'à la mort, sans jamais s'engager dans une autre voie soufie. Ne pas visiter un marabout, ni un élu d'Allah, qu'il soit mort ou vivant. Ne pas demander de la bénédiction de quiconque, à part le prophète, le Sheikh Sidi Ahmed Tijani et ses compagnons. Il faut aussi aimer tous les élus d'Allah, respecter tous les saints et ne jamais s'opposer à eux. L'adepte tijani doit aussi s'occuper de l'amélioration de sa propre personne, être obéissant au créateur, à tous les niveaux de ses recommandations, éviter d'agir contrairement à la Chariâ , se repentir à chaque instant et revenir à Dieu après avoir commis n'importe quel péché, être fidèle à Allah en accomplissant les prières, en préférence en collectivité, aux moments opportuns, rattraper les prières non effectuées auparavant et essayer d'avoir les qualités et les valeurs du prophète, qu'il soit salué par Allah.

Le principal axe de la voie tijanie réside dans les bonnes intentions qui doivent être dévouées à Dieu. Le disciple doit lire la « bassmala » c'est-à-dire « Au nom d'Allah, le clément, le miséricordieux » chaque fois qu'il lit la Fatiha avec l'intention de remercier Allah pour tous ses dons, grâce et faveur, qu'ils soient visibles ou cachés, matériels ou spirituels, connus ou ignorés, permanents ou intermitents… La citation de la Fatiha peut être effectuée une à cent fois par jour.

Par ailleurs, ce qui est original dans les pratiques tijanies c'est que cette voie est basée sur les fondements du livre saint et de la Sounna. L 'adepte tijani doit fuir de l'innovation dans la Chariâ et doit agir suivant le Coran et le Hadith. Il doit aussi analyser ce qu'on rapporte sur le Sheikh Sidi Ahmed Tijani ; tout ce qui est conforme à la Chariâ doit être retenu ; tout ce qui est contraire doit être rejeté ; tel est le conseil fourni par le Sheikh lui-même. Le disciple tijani doit aussi être bien éveillé, en appliquant ce qui est dicté par le hadith du prophète, même lorsque son authenticité est faible, lorsqu'il s'agit des bonnes œuvres et pratiques religieuses ( ÝÖÇÆá ÇáÃÚãÇá ) .

Le mode de l'accomplissement des prières ratées durant une certaine période de la vie du disciple, conseillé par le Sheikh Tijani, est le suivant : Près d'une heure avant la prière du Assre d'un vendredi, l'adepte effectue quatre « Rakaâtes », deux par deux, avec le « Salam » à la fin de chaque couple de ces « Rakaâtes ». Une fois terminé, il citera soixante dix fois la « Salat Fatihi ». Au sein de chaque « Rakaâh », avant le « Roukouâ », il faut lire 3 fois la Fatiha , 10 fois « Ayat El Kourssy », 50 fois la « Sourate El Kaoutar » et 3 fois la « Sourate Al Ikhalsse ». Tel est le mode d'accomplissement de la « Salate El Fawaite » ( ÞÖÇÁ ÇáÝæÇÆÊ ) par le Sheikh Sidi Ahmed Tijani ; il ne faut pas donner d'importance à ceux qui s'opposent à ce mode en se cachant derrière l'absence de texte coranique clair qui le prouve. Pour l'adepte tijani, il suffit de savoir que le Sheikh l'a accompli de cette manière pour que le mode soit authentique.

Par ailleurs, il est strictement interdit d'enseigner la tarika Tijania sans autorisation authentique allant jusqu'au Sheikh Tijani pour l'éducation ; il y a une différence entre une autorisation pour citer les litanies de la voie soufie et celle de l'enseigner. De même, l'adepte doit savoir que personne ne l'oblige à s'engager dans cette voie soufie, mais une fois engagé, à son gré, il ne doit pas arrêter, ni par négligence ni par mépris, sinon il risque d'être puni et banni par Allah. Le disciple ne doit pas croire que le Sheikh dispose de la moindre influence sur les faits ; c'est Dieu qui agit seul comme il veut, alors que le Sheikh n'est qu'un serviteur d'Allah qui ne fait qu'orienter ses disciples vers la voie de Dieu. Il ne doit pas être vanté excessivement en vue de le placer à un rang qui n'est pas le sien ; il faut plutôt savoir que le plus petit des compagnons du prophète est placé à un rang plus haut que le sien, malgré qu'il soit le Saint caché « Maktoume » ( ÇáãßÊæã ) et le « Khatme » ( ÇáÎÊã ), c'est-à-dire disposant du pic de l'apparence dans le plus haut rang de la sainteté.

Il faut éviter de parler de lui devant les opposants qui risquent de l'insulter sans même le connaître. De même, il faut éviter d'accomplir des pratiques matérielles, indépendantes de la voie tijanie, en agissant sur les créatures « basses » ( ÇáÌä ) et en utilisant les noms divins, suivant des modes opératoires particuliers. Le Sheikh Sidi Ahmed Tijani a interdit ces pratiques et a dit « si vous empruntez ce chemin, posez alors la « soubha » ! C'est-à-dire « Ne vous considérez plus mes compagnons ». L'adepte qui commet des erreurs dans la Tarika doit se renseigner auprès des Moqaddems afin de faire les corrections nécessaires. Parfois, il est recommandé de renouveler son autorisation et de se repentir tout en ayant la bonne intention de ne plus commettre d'erreur flagrante qui renvoie le disciple de cette voie soufie.
    
 
Copyright © Cheikh-skiredj.com 2011 (tous droits réservés)