skiredj aplatbleu
Sidi Mohammed ERRADI GENOUN
 
Copyright © Cheikh-skiredj.com 2011(tous droits réservés)
 
Authentificateur du site cheikh-skiredj.com: Sidi Mohammed ERRADI GENOUN ..........

Biographie de l'authentificateur du site web cheikh-skiredj.com:

L'érudit et descendant du prophète prière et salut d'Allah sur lui

Sidi Mohammed ben Hamza Erradi Guenoun Idrissi Hassani

  (Par le Dr.Ahmed Ben Abdallah Skiredj Al anssari al khazraji)

Au nom d'Allah le très miséricordieux le tout miséricordieux

Que la prière et le salut d'Allah soient sur notre sir Mohammed le désobstruant, l'acheveur ainsi qu'à sa famille et ses compagnons.

I- Sa généalogie :

C'est le descendant du prophète, prière et salut d'Allah sur lui, sidi Mohamed fils de Hamza fils de l'érudit, le légiste et le militant sidi Mohamed fils de Kacem fils de moulay Arbi fils de Ali fils de Mohammed fils de moulay Ahmed fils de sidi Abdallah chérif. Ce dernier a été enterré en 1218 de l'hégire à l'intérieur de sa demeure dans la région de zouaqine/tribu bani masstara.

Fils de Al houssaine fils de Aissa fils de Aissa fils de l'élu d'Allah le saint sidi Zayzoune AZZAOUAQ fils de Mohammed fils de Missbah fils de Ahmed fils de Hamza fils de Slimane fils de Nasser fils de Yahya fils du gnostique le saint sidi Ahmed dont le mausolé se trouve dans la région de boubrih/tribu bani zeroual fils de Youssef fils du saint sidi Genoune fils de Imrane fils de Abderrahmane fils de Slimane fils de El hassan fils de sidi Imrane fils de Mohammed fils de Mohammed fils de Ahmed fils du célèbre saint sidi « Guennoune premier » fils de Ahmed fils de moulay Idriss II (al azhar) fondateur de la ville de Fès fils de moulay « Idriss premier » conquérant du Maroc fils de Moulay Abdallah el kamel fils de moulay Hassan II (al mouthanna) fils de moulay Hassan premier (essebt) fils de moulay Ali, puisse Allah honorer son visage, et de lalla Fatima azzahra première dame des femmes de l'univers, fille du maître de l'univers et repère du monde le prophète notre sir Mohammed prière et salut d'Allah sur lui.

II- Sa naissance

Il est né le 23 chaabane 1378 de l'hégire / 3 mars 1959, à la ville de benslimane se trouvant dans la région de casablanca au Maroc. Sa date de naissance coïncide avec celle de la mort de l'érudit et gnostique le juge sidi Ahmed ben haj ayachi SKIREDJ AL ANSSARI AL KHAZRAJI, satisfaction d'Allah sur lui, c'est-à-dire le 23 chaabane 1363 de l'hégire. Ce qui correspond exactement à la 15 ème commémoration de sa mort.

En ce qui concerne le calendrier chrétien, sa date de naissance coïncide avec la célébration de la fête du trône du feu roi Sidi Hassan II, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde.

Enfin, le septième jour de sa naissance, coïncide avec la 50 ème commémoration de la mort de son proche l'érudit et grand moqadem de la tariqa tidjaniya sidi M'hammed Genoune, qu'Allah soit satisfait de lui. Ce dernier est mort en effet le 28 chaabane 1328 de l'hégire.

III- Son enfance

Notre homme (Sidi Mohammed ERRADI GENOUN) a vécu une bonne partie de son enfance dans la ville de Tétouan. C'est dans cette ville où il a ouvert les yeux, et a appris à lire et à écrire. Il a appris le coran dans la petite mosquée selon le mode de lecture warch de nafie. Puis sa famille a déménagé pour s'installer à Rabat.

Il a alors poursuivi régulièrement ses études primaires, secondaires et supérieures dans ladite ville jusqu'à l'obtention de plusieurs diplômes universitaires dans les domaines des lettres, de la langue arabe et des études islamiques. Il a obtenu également d'autres diplômes universitaires en Mauritanie où il a passé une période d'étude d'environ 8 ans. Parmi ces diplômes celui de l'école supérieure des professeurs de Nouakchott.

IV- Son adhésion à la voie tidjaniya

Notre ami a adhéré à la tarîqa tidjaniya à un âge précoce, plus exactement en 1394 de l'hégire, 1974 du calendrier chrétien.

Alors que son âge ne dépassait pas les 15 ans, le légiste vertueux et la bénédiction incarnée Sidi Mohammed BENABDALLAH, le moqadem de la zaouïa tidjaniya de la ville de Rabat l'a autorisé dans les litanies de la tarîqa tidjaniya. Ce fut dans sa propre demeure à coté de dar al hadith al hassaniya dans le quartier de Diour jammâa à Rabat.

Le moqadem en question avait un registre où il inscrivait les noms des disciples tidjanis qu'il a autorisés lui-même dans la voie tidjaniya. Quand il a voulu autoriser notre homme, il a ramené comme d'habitude ce registre, et il découvrit qu'il était rempli jusqu'à sa dernière page, seule un espace dans la dernière ligne de la dernière page est resté libre, cet espace n'était suffisant que pour y inscrire le nom d'une seule personne.

C'est ainsi que le nom de notre homme était le dernier inscrit dans un registre rempli des noms de nos sirs les disciples tidjanis qui ont été autorisés par le moqadem sidi Mohamed BENABDALLAH. Ce dernier est mort quelques semaines après cet évènement.

V- Son apprentissage et son initiation par le biais de grands gnostiques et érudits de la voie tidjaniya

Après avoir été autorisé dans la voie tidjaniya, notre homme a fait la connaissance de plusieurs initiateurs, érudits et gnostiques, on peut citer :

1- Le professeur et instructeur du coran, le légiste sidi hadj Mohamed ZARHOUNI l'imam de la zaouïa tidjaniya de Rabat, où est situé le mausolée du saint Sidi Mohamed Arbi ben Sayeh, satisfaction d'Allah sur lui.

Sidi Mohammed ERRADI GUENOUN a ainsi puisé de son savoir et a pu bénéficier grandement de lui. Ce moqadem était en effet l'un des grands élus d'Allah. Il lui a déclaré à plusieurs reprises des choses qui montrent son haut rang dans le domaine de la connaissance divine.

Cet imam était également celui qui annonçait le début de la récitation de la wadhifa au sein de ladite zaouiya de Rabat. Il possédait une voie sonore, son recueillement était remarquable, il restait presque immobile lors de ses litanies, sans jamais se retourner. Dans son état d'invocation d'Allah il était incapable d'identifier même ceux qui sont assis contre lui. Il s'anéantissait dans la perle de la perfection (jawharat al kamal) à tel point qu'on ne peut plus le reconnaître. Il se consacre en effet abondamment à la présence divine et ce avec ferveur, recueillement et humilité.

Cet imam aimait beaucoup notre homme, il ne prenait généralement son déjeuner qu'avec lui au sein de sa demeure à proximité du mausolée du saint Sidi Arbi ben sayeh, satisfaction d'Allah sur lui. Il le privilégiait en lui enseignant plusieurs secrets et connaissances surtout au moment de leur déjeuner où ils se trouvaient souvent tête à tête.

Ce moqadem est mort, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde, à la Mecque en Arabie Saoudite durant le pèlerinage de l'année 1402 Hégire – 1982.

Avant de partir accomplir son rite sacré, il lui avait fait un adieu chaleureux, comme s'il était sûr qu'il ne le reverrait plus jamais dans ce bas monde. Après sa mort, notre homme l'a vu dans le monde des rêves, il l'a vu dans un très bon état à l'intérieur du mausolée du saint sidi Mohammed Arbi ben Sayeh, satisfaction d'Allah sur lui.

Sidi Mohammed ERRADI GENOUN lui a dit alors : O sir, comment êtes vous ici avec nous ? alors qu'on a pris connaissance de votre mort à la Mecque il y a plusieurs jours de cela ? L'imam sidi Mohammed ZARHOUNI lui répondit : Je suis un des compagnons de notre sir le cheikh abou al abbass TIDJANI, satisfaction d'Allah sur lui : Considère moi, comme tu veux, parmi les morts ou parmi les vivants.

Photo du légiste sidi haj Mohamed ZARHOUNI qu'Allah soit satisfait de lui

2- Le légiste, l'érudit et le moqadem tidjani Sidi Ahmed CHIADMI . L'origine de leur contact est le suivant : Sidi Mohammed ERRADI GENOUN a vu en rêve qu'un homme vertueux est venu chez lui, en lui informant que s'il veut rencontrer le prophète, prière et salut d'Allah sur lui, qu'il sache qu'il se trouve fréquemment dans cet endroit à coté de cette mosquée, et il lui a indiqué la maison où habitait l'imam de cette mosquée au sein du quartier youssoufia à Rabat.

Il s'agit de l'imam hadj Ahmed CHIADMI. Notre homme se réveilla juste après cette indication. Le lendemain, il s'est rendu précipitamment à cette mosquée, accomplit sa prière derrière cet imam, et entra chez lui. Il a été reçu chaleureusement, et passa des mois et des mois en s'assoyant à coté de lui dans cette demeure bénie jusqu'à une heure tardive du soir (01h du matin ou même plus chaque jour).

Il a ainsi bien profité. A cette époque, l'âge dudit Moqadem dépassait les 80 ans. Ce dernier appréciait les poèmes que notre homme écrivait régulièrement et récitait en sa présence. Ces poèmes l'égayaient beaucoup.

Le professeur Sidi Mohammed ERRADI GENOUN raconte qu'un jour son inspiration lui a permis d'écrire un long poème sur la mort, la rupture, l'isthme etc.. Et il l'a lu en sa présence comme d'habitude.

A cet effet, sidi Ahmed CHIADMI a pleuré abondamment, et a quitté la mosquée le lendemain, en laissant les clés chez les responsables chargés de la mosquée. Il a rejoint sa famille à la ville de KHEMISSAT et est mort dans la même semaine en mois de safar 1401 de l'hégire, décembre 1980. Qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde.

Notre homme l'a vu en rêve deux semaines après sa mort, il l'a vu dans un très bon état, entrain d'accomplir la prière de Dohr (la deuxième prière), il était à ses cotés dans la grande mosquée du quartier Youssoufia de Rabat.

Au terme de la prière, notre homme s'est dirigé vers lui en l'interrogeant, sur les divers états de l'au-delà ? Ainsi que sur ce qu'il avait trouvé comme aubaines, stations, rangs, etc.. ? Sidi Ahmed CHIADMI s'est enfui aussitôt et sorti de la mosquée, notre homme l'a suivi en courant de toutes ses forces jusqu'à ce qu'il l'a attrapé de derrière, et l'a interrogé de nouveau sur le monde de l'au-delà et sur l'isthme et sur ce qu'il avait vu là-bas ? Il lui a répondu sur le champs : Je n'ai pas à te révéler le secret d'Allah.

3- Le légiste révérend le saint sidi hadj Lahssen EL FATOUAKI , satisfaction d'Allah sur lui. C'était le Moqadem de la zaouiya tidjaniya se trouvant au quartier youssoufia à Rabat. Il était l'un des plus grands Moqadems desquels notre homme a tiré profit et a été initié sous leur égide.

Sidi hadj Lahssen EL FATOUAKI, qu'Allah soit satisfait de lui, était un saint éminent, il avait une petite chambre au sein de la zaouiya où il résidait. Cette chambre ne dépassait pas les 2 m². Notre ami sidi Mohammed ERRADI GENOUN l'a accompagné durant un peu plus de 18 ans, dont 2 années où il le suivait partout jour et nuit. Il passait la nuit chez lui dans sa petite chambre, et il faisait ce qu'il pouvait pour lui rendre service et l'épanouir.

La chambre ne comprenant qu'un seul lit, notre ami préférait dormir sur le tapis dans l'espoir de rendre service à sidi hadj Lahssen EL FATOUAKI, qu'Allah soit satisfait de lui, et de subvenir à ses besoins nécessaires (lui ramener de l'eau, préparer les ustensiles de cuisine, préparer les vers de thé ..etc).

Cependant, et dès la première nuit, sidi hadj Lahssen EL FATOUAKI a juré devant dieu, exalté soit il, que sidi Mohammed ERRADI GUENOUN ne dorme que sur ce lit. Quant à lui, il dormira sur le tapis, sinon il ne va plus l'accompagner. Ceci a été très dur à supporter par notre ami.

Quand il lui a demandé le pourquoi de cette décision. Le saint révérend lui répondit sur le champs: Comment voulez vous que je dorme sur le lit et vous laisser dormir par terre, alors que vous êtes chérif descendant de notre suzeraine lalla Fatima zahra, satisfaction d'Allah sur elle ?

La première nuit, qu'ils passèrent ensemble dans cette chambre étroite, a connu un évènement bizarre : Vers minuit à peu près notre ami a voulu éteindre la bougie pour pouvoir dormir. Ledit Moqadem avait déjà pris place et s'est endormi. Pourtant, la bougie ne s'éteignit pas. Notre ami a essayé de l'éteindre de toutes ses forces durant un peu plus de 30 min mais en vain.

Enfin, Allah lui a donné une force et il l'a éteint, il s'est retourné ensuite au lit pour dormir. A peine 10 min furent passées que la bougie s'est rallumée toute seule sans que personne ne la touche. C'était très étonnant. Le Moqadem avait senti sa surprise, il lui a dit : Laisse la tranquille, pourquoi te mêles tu d'elle ?

C'était en effet la première faveur divine miraculeuse, vécue entre notre homme et ce saint vertueux. Les faveurs divines miraculeuses se sont ensuite poursuivies. Notre ami les a constatées, touchées, et vécues continuellement.

L'âge de ce vertueux Moqadem était en ce moment proche de 90 ans. Il se réveillait chaque nuit 4 heures avant l'aube. On n'entendait alors que les battements de son chapelet, et les intonations de la salat Fatihi. Il la récitait souvent et la répétait en murmurant. Parfois il la récitait avec force. C'est le cas des gens dignes des différents états et des hautes stations.

Il est mort, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde, aux environs de l'année 1414 hégire-1994.

4- Le saint vertueux, le pieux et le gnostique sidi EL Hassan ELKTIRI , satisfaction d'Allah sur lui. Ce dernier était l'un des plus vénérables tidjanis ayants le cœur dévoilé dans notre voie tidjaniya. Il se réunit couramment avec le prophète, prière et salut d'Allah sur lui, et ce en état d'éveil non pas juste en état de rêve. Et il n'hésitait pas à le déclarer solennellement. Il aimait beaucoup notre ami et lui prêtait beaucoup de soin.

Sidi EL Hassan ELKTIRI, satisfaction d'Allah sur lui, et notre homme passaient généralement la nuit ensemble dans une même chambre dans la maison du saint sidi EL Hassan ELKTIRI au quartier yaakoub al manssour à Rabat. Ce moqadem vertueux a distingué notre ami en le dotant de plusieurs connaissances, utilités, exceptionnalités et secrets. Il l'a privilégié en lui octroyant ce dont il doit être fier jusqu'à la rencontre d'Allah. Il ne l'appelait en plus que par sidi (sir).

Leur relation spirituelle s'est consolidée à tel point que notre ami ne peut plus dénombrer les faveurs divines miraculeuses et les mérites vécus en présence de ce saint vertueux.

Il est à signaler que personne n'ait contesté le fait que sidi ( sir ) El Hassan ELKTIRI ait atteint le rang de « pôle », satisfaction d'Allah sur lui. Essayer de rédiger la biographie de cet homme nécessite des tomes et des tomes. Il est mort, qu'Allah soit satisfait de lui, dans sa demeure à bani katir dans la région de jbala à coté de la ville de wazane en 1406 hégire- 1986.

Photo du saint vertueux le gnostique seigneur El Hassan EL KTIRI satisfaction d'Allah sur lui

Autre photo du saint vertueux le gnostique seigneur El Hassan EL KTIRI satisfaction d'Allah sur lui

 

5- Le saint vertueux sidi Mohammed ben el Mamoune ESSBAII , satisfaction d'Allah sur lui. Il fut l'un des érudits et des Moqadems tidjanis les plus célèbres de son époque. Sidi Mohammed ERRADI GUENOUN lui a rendu visite à Safi à plusieurs reprises, il a ainsi bénéficié de ses prières et a été autorisé par ses soins à réciter quelques litanies facultatives.

Ce saint avait annoncé à notre homme plusieurs aubaines dont il bénéficiera plus tard. Certaines de ces révélations se sont déjà concrétisées.

Il est mort, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde, mercredi 20 rabie premier 1403 hégire – 5 janvier 1983. Et a été enterré au cimetière BOUDISS de la ville de Safi.

Photo du saint vertueux le gnostique seigneur Mohammed ben Mamoune ESSBAII satisfaction d'Allah sur lui

 

6- Le gnostique, et vénérable Moqadem, sidi hadj Abdelkader ben sidi al Mahjoub al chaaibi AL ABDI , satisfaction d'Allah sur lui. Il fut l'un des plus grands hommes de la tariqa tidjaniya et l'un de ses Moqadems les plus dévoués.

Il a doté notre homme de plusieurs utilités et secrets, tout en déchiffrant ce qu'il cachait dans son fort intérieur comme désidératas et prières.

Il est mort à Safi dimanche 19 mouharram 1397 hégire – 10 janvier 1977. Et a été enterré au cimetière de BOUDISS de la même ville.

Photo du gnostique le moqadem sidi abdelqader El abdi

 

7- Le savant et vénérable Moqadem, le vertueux sidi hadj Mohammed AQESBI, satisfaction d'Allah sur lui. Il fut l'un des plus grands hommes de la tariqa tidjaniya ayants le cœur dévoilé. Notre homme lui rendait fréquemment visite, il a bénéficié de sa bénédiction et de ses prières. Et il a profité de lui dans plusieurs vénérables domaines.

Le Moqadem suscité aimait beaucoup notre homme et se mettait debout à sa rencontre. Il est mort vendredi 2 ramadan 1411 hégire – 19 mars 1991 à Fès et a été enterré dans la même ville.

Photo du gnostique l'érudit sidi haj mohammed AQESBI

 

8- L'érudit et chérif sidi Mohammed EL AMARTI . Notre homme sidi Mohammed ERRADI GENOUN a noué avec lui des relations d'affection, de fraternité et d'initiation. C'était un savant vertueux qui avait beaucoup d'amour pour notre homme, il le vénérait et le respectait.

Ils ont eu plusieurs correspondances, et ont vécu ensemble plusieurs évènements. Ce Moqadem est mort après une grave maladie jeudi 7 safar 1416 hégire – 6 juillet 1995. Il a été enterré à la cimetière de Bab el-Guissa à Fès.

9- Le légiste vertueux et le Moqadem sidi Ahmed Aarab surnommé le calife. Il était le grand responsable de la zaouiya tidjaniya de la tribu Bani Wrayn. Il a rempli cette responsabilité juste après la mort de son beau-père et de son éducateur l'érudit et le saint vertueux sidi haj El hassan ben abderrahmane ERRAGRAGUI.

Il était digne de cette responsabilité tant sur le plan éthique, que sur celui du savoir et des connaissances. Et ce jusqu'à sa mort vendredi 28 safar 1429 hégire – 7 mars 2008.

Notre homme portait ce Moqadem haut dans son estime, il a noué également avec lui des relations d'affection, de fraternité et d'initiation.

Photo du Moqadem vertueux sidi Ahmed AARAB

 

10- Le Moqadem vénéré sidi Ibrahim ZAAFARANI surnommé « boughroum », Moqadem de la zaouïa tidjaniya du quartier yaakoub al manssour à Rabat. Il est connu par sa générosité, sa modestie, sa sérénité et sa politesse. Il appelait notre homme serviteur des seuils chérifiens. Ce dernier lui a rendu visite plus de deux fois durant la maladie de sa mort, visites suite auxquelles il a bénéficié des prières du Moqadem mourant.

Il est mort dans sa demeure à Rabat jeudi 7 rabie premier 1411 hégire – 27 septembre 1990, et a été enterré au cimetière de LAALOU de la même ville.

Photo du moqadem vénéré sidi Ibrahim ZAAFARANI connu sous le nom de boughroum

 

11- L'érudit, le professeur et Moqadem Malien hadj Ibrahim HANE . Il est d'origine Malienne et il résidait à Fès depuis le début des années 1950. Ce fut l'un des Moqadems de la tariqa tidjaniya les plus vénérés. Sidi Mohammed ERRADI GENOUN le connaissait depuis un peu plus de 20 ans. Il l'aimait beaucoup, et était pour lui comme un deuxième père. Sidi Ibrahim HANE est compté en fait parmi ses maîtres agréés.

Notre homme lui rendait souvent visite. Il est mort suite à une maladie grave vendredi 10 rabie premier 1428 hégire – 30 mars 2007, et a été enterré au cimetière de Bab el-Guissa de la ville de Fès. Sidi mohammed ERRADI GENOUN a écrit quelques vers en guise de panégyrique du défunt.

12- Sidi Mohammed BARDAII , l'un des tidjanis les plus vénérés et dévoués. Il était ami intime de notre homme depuis un peu plus de 25 ans. Sidi Mohammed BARDAII avait un zèle considérable sur l'islam, les musulmans en général et sur la voie tidjaniya en particulier. Il est mort, suite à une maladie grave qui a duré plus de 2 ans, chez lui au quartier SAADA à Fès. C'était un mardi 15 rabie II 1429 hégire – 22 avril 2008, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde.

A gauche sidi Mohammed BARDAII, à ses cotés notre ami et certains vertueux, qu'Allah les préserve.

 

13- Le chérif béni, le Moqadem sidi Mohamed Al amine fils de sidi Abdelmalek fils de Mohammed al amine fils du gnostique le saint vertueux sidi Said DRARGUI , satisfaction d'Allah sur lui. Il avait beaucoup d'amour et d'estime pour notre homme et c'est l'un de ses maîtres agréés.

Il est mort après une maladie difficile de 2 mois, à 04h du matin mercredi 18 joumada II 1423 hégire – 27 aout 2002. Il a été enterré à coté de son père au sein du mausolée de son grand père sidi hadj Said DRARGUI satisfaction d'Allah sur lui, à Agadir.

14- Le valeureux sidi Abdallah CHERRADI , l'imam de la zaouiya tidjaniya se trouvant au sein du mausolée de l'érudit et saint vertueux sidi al arbi ben sayeh, satisfaction d'Allah sur lui.

C'était un homme vertueux béni qui aimait notre homme et qui lui prêtait souvent conseil. Sidi Mohammed ERRADI GENOUN a bien tiré profit de ses connaissances et de sa personnalité. Il était petit de taille, mais ses préoccupations étaient très grandes et de haut niveau. Il est mort après une longue maladie jeudi 22 rajab 1411 hégire – 7 février 1991, et a été enterré à la ville de sidi Kacem où réside sa famille, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde.

15- L'érudit sidi Hassan ben Ali CISSE fils de lalla Fatima azzahra fille de l'érudit sidi Ibrahim NIASS Kaoulakhi connu comme l'homme digne de l'afflux du cheikh TIDJANI, qu'Allah soit satisfait de lui. Sidi Hassan CISSE qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde, était un grand propagandiste, il appelait à Allah et à la bonne voie.

Il ne se sentait à l'aise qu'en présence de notre ami sidi Mohammed ERRADI GENOUN, il aimait discuter avec lui et il lui demandait souvent de prier pour lui. C'est le cas actuellement de son frère l'imam sidi Tijani ben Ali CISSE, qu'Allah l'anoblie, l'honore et le pourvoie de sa bienséance.

Sidi Hassan CISSE est mort à son pays d'origine le Sénégal mercredi 11 chaabane 1429 hégire – 13 aout 2008.

Notre homme l'a rencontré quelques jours avant cette date au sein de l'hôtel Hassane de Rabat. Ils ont discuté ensemble sur plusieurs sujets puis ils se sont dit adieu chaleureusement, comme si ils étaient sûrs que c'était leur dernière rencontre dans ce bas monde.

Il lui a confessé au cours de cette dernière réunion : « Cette fois j'ai pris la chambre 114 de cet hôtel, c'est la même chambre prise par mon grand père sidi cheikh Ibrahim NIASS durant sa dernière visite du Maroc … Le numéro de cette chambre correspond au nombre des sourates du coran. Cette chambre est bénie, plusieurs grands gnostiques Tidjanis s'y sont installés à l'occasion de leur visite au Maroc».

Photo de l'érudit et célèbre propagandiste connu pour son appel à Allah et à la bonne voie sidi Hassan CISSE

 

16- Le légiste vénéré, l'instructeur du coran le Moqadem vertueux, sidi hadj Mohammed ben Hachem ALAOUI . Il était imam de la zaouiya tidjaniya se trouvant au mausolée de l'érudit et saint vertueux sidi Mohamed arbi ben sayeh satisfaction d'Allah sur lui. Il annonçait souvent le début de la récitation de la wadhifa au sein de ladite zaouiya à Rabat.

Il avait beaucoup d'amour et d'estime pour notre homme. Ce dernier s'est réuni à plusieurs reprises avec lui, il a bénéficié de ses prières et de ses bénédictions, surtout entre les 2 prières dohr et assr. Ce Moqadem avait en effet comme habitude de s'asseoir entre les deux prières à la zaouiya bénie et de lire le coran avec une voix vénéré et qui s'affaiblit.

Il est mort, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde, vendredi 14 chaabane 1411 hégire – 1 mars 1991 à rabat, et a été enterré au cimetière des chouhadas (des martyres).

Photo du Moqadem vertueux, sidi hadj Mohamed ben Hachem ALAOUI

 

17- Le savant vertueux, sidi Abdelwahed BENABDALLAH , l'un des personnalités les plus célèbres de la tariqa tidjaniya à rabat. C'était un légiste célèbre. Notre homme le voyait souvent à la zaouiya tidjaniya se trouvant au sein du mausolée de l'érudit et saint vertueux sidi Mohammed arbi ben sayeh, satisfaction d'Allah sur lui, et surtout entre les deux prières el maghrob et al ichae.

Ce légiste Tidjani était persévérant dans la récitation de la wadhifa après la prière d'el maghrob. Physiquement, il était beau et souriant. Il est mort dimanche 14 ramadan 1411 hégire – 31 mars 1991, et a été enterré au cimetière de LAALOU. Notre homme a été présent durant la cérémonie de ses funérailles.

18- L'érudit et auteur de plusieurs livres et publications, hadj Idriss ben Mohammed el abed IRAQI , qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde. Les deux hommes avaient une bonne relation d'amour, d'affection et de sincérité. Il a fait bénéficier notre homme de plusieurs informations précieuses. Il est mort lundi 22 chawal 1430 hégire – 12 octobre 2009. C'est-à-dire 4 jours après la commémoration du bicentenaire de la mort du cheikh Abi al abbass sidi Ahmed TIDJANI satisfaction d'Allah sur lui.

Il a été enterré à coté de son père sidi Mohammed el abed IRAQI au cimetière des QBAB à l'extérieur de Bab el-Foutouh à Fès.

Photo de l'érudit le Moqadem Sidi Idriss Iraqi

 

19- L'érudit, le lettré et le Moqadem sidi Bachir ben Touhami AFILAL le tétouanai. C'était l'un des plus grands savants de la ville de Tétouan. Il avait une grande affection pour notre homme. Il a été enterré au sein de sa ville natale Tétouan le 12 dou qîda 1414 hégire – 23 avril 1994.

A droite le Moqadem sidi Bachir AFILAL. A gauche sidi Abdessamad fils de l'érudit historien sidi Hammad SKIREDJ. Ils sont accompagnés par certains hommes vertueux.

 

20- Le grand Moqadem, l'érudit sidi Touhami DRIBGUI . Notre homme lui rendait souvent visite chez lui à coté du mausolée de sidi Abdellah ben hassoune à Salé. Il a été autorisé par son intermédiaire dans plusieurs litanies. C'était un Moqadem d'une piété et d'une bonté considérable. Il est compté parmi les élus d'Allah de haut rang.

Ce moqadem a accordé à notre ami des informations précieuses concernant la biographie de plusieurs savants et anciens Moqadems Tidjanis issus des deux villes rabat-salé.

C'est le cas particulièrement de ceux qui ont vécu à la même époque du boukhari de la Tariqa tidjaniya l'érudit et saint vertueux sidi Mohammed arbi ben sayeh satisfaction d'Allah sur lui. On peut citer par exemple : Sidi Mohammed ben yahya PALAMINO Rbati, sidi Abdallah TADILI, sidi Ahmed ben Kacem GUESSOUS, sidi Tayeb Awad SSLAOUI, sidi mekki ZWAWI, sidi Mohammed BEN AL HASSANI, sidi abdelqader LEPARIS, et autres grandes personnalités contemporaines dudit saint. Ce moqadem les a tous côtoyé, et a bénéficié de leur savoir et de leurs connaissances.

Photo de sidi Touhami DRIBGUI

 

21- Le “mlamti”(les mlamtis sont des saints ayant le rang caché et ayant des états qui ne peuvent pas être mesurables ni prévisibles), le chérif béni sidi Ahmed Al KHOLTEI .

C'était un saint qui a bénéficié de plusieurs faveurs divines miraculeuses. Sa relation avec notre homme était pleine d'affection, d'amour et de sincérité. Sidi Mohammed ERRADI GENOUN lui avait rendu visite à plusieurs reprises chez lui à Douar Jadid de la ville de sidi Kacem. Ils se rencontraient très souvent à rabat quand sidi Ahmed Al KHOLTEI se rendait au mausolée de sidi Mohammed Arbi ben Sayeh à Rabat. Notre homme a bien bénéficié de son savoir et de ses connaissances.

Photo du chérif « Mlamti » sidi Ahmed Al KHOLTEI

 

22- L'érudit et gnostique sidi Ahmed fils de l'érudit et du célèbre pôle sidi Mohammed ben abdelwahed NADIFI satisfaction d'Allah sur lui. Notre homme l'a rencontré à plusieurs reprises. Un jour, il lui rendait visite chez lui à Marrakech en compagnie du petit fils du cheikh Tidjani, satisfaction d'Allah sur lui, le chérif moulay Mohammed Taher.

A cette occasion, l'érudit sidi Ahmed NADIFI suscité l'a autorisé dans plusieurs secrets de la tariqa, il a prié pour lui, et quand ils étaient au sein du mausolée de son père, le célèbre pôle sidi Mohammed ben abdelwahed NADIFI, il lui a tenu la main et l'a conduit lui-même à travers une petite porte vers l'intérieur de sa demeure qui se trouve au voisinage du mausolée. Ce Moqadem est mort, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde.

Photo de l'érudit et du gnostique sidi Ahmed ben Mohammed NADIFI

 

23- L'érudit et légiste sidi M'hammed fils de l'érudit et du célèbre Hafiz (Le Hafiz est celui qui apprend par cœur) sidi Mohammed LAHJOUJI Hassani . C'est l'un des meilleurs Moqadems de la tariqa tidjaniya au Maroc actuellement. Il a environ 90 ans. Notre homme l'a rencontré une dizaine de fois. Il a bénéficié de lui, de son savoir et de ses informations précieuses.

Photo de notre ami à droite, en compagnie de l'érudit et légiste sidi m'hammed fils de l'érudit et célèbre Hafiz Sidi Mohammed LAHJOUJI

 

24- Le Moqadem vertueux, le saint chaste, le béni et vénéré sidi hadj Mohammed ben Mostapha ben Ismail Al MAAROUFI . C'était un Moqadem de la zaouiya tidjaniya se trouvant au mausolée du saint vertueux l'érudit sidi Mohammed Arbi ben sayeh, satisfaction d'Allah sur lui.

Il portait notre homme haut dans son estime, et c'était réciproque. Sidi Mohammed ERRADI GENOUN le considère en effet comme un frère et comme un père.

Ils ont connu une relation d'amitié solide qui a duré plus de 30 ans. Le Moqadem suscité a accédé à de très hauts rangs de la sainteté et a été compté parmi l'élite de l'élite des élus d'Allah, pourtant il préférait l'anonymat et la discrétion.

Il est mort, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde, mardi 29 dou qiida 1428 hégire – 10 décembre 2007, et a été enterré au cimetière des chouhada (maartyres) à Rabat.

Photo de sidi hadj Mohammed Al MAAROUFI

 

25- L'érudit et Moqadem vertueux sidi Mostapha ALAOUI SENNARI Madani . Il est l'auteur de plusieurs publications et fut parmi les personnalités Tidjanis les plus vénérés au Hedjaz en général et à la sainte Médine en particulier. Sa relation avec notre ami était une relation d'amitié et de fraternité solide.

Il visitait souvent le Maroc pour rendre visite au cheikh satisfaction d'Allah sur lui, à Fès au sein de son mausolée, ainsi qu'à son calife le saint vertueux l'érudit sidi Mohammed Arbi ben sayeh, satisfaction d'Allah sur lui, à Rabat au sein de son mausolée. Il est mort vendredi 15 dou al hijja 1427 – 5 janvier 2007.

26- Le célèbre érudit sidi Ibrahim Saleh AL HOUSSAINI de Nigéria. Notre homme l'a rencontré à plusieurs reprises surtout à l'occasion de son arrivée au Maroc, et très vite, une relation de fraternité et d'insigne affection s'est installée entre les 2 hommes.

Actuellement chacun d'eux demande des nouvelles de l'autre. Ils se sont échangés les autorisations vu leurs multiples séquences dans la voie tidjaniya.

Photo du célèbre érudit sidi Ibrahim Saleh Al HOUSSAINI

 

27- L'érudit et professeur sidi Omar MASSOUD , l'un des plus grands érudits du Soudan. Ce dernier s'est rendu chez notre ami à plusieurs reprises à Rabat. Ils n'ont pas tardé à installer une relation de fraternité et de solide amitié entre eux, et chacun d'eux glorifie l'autre et le loue.

Notre homme, le professeur Sidi Mohammed ERRADI GENOUN affirme que cet érudit est l'un des plus grands hommes de la Tariqa tidjaniya de notre époque. Allah, exalté soit il, va donner secours à cette communauté bénie (tidjaniya) grâce à lui, comme il l'a fait pour l'islam grâce au compagnon du prophète : Sidi Omar ben al-khattab, satisfaction d'Allah sur lui, qui porte d'ailleurs le même prénom que lui.

Photo de l'érudit sidi omar MASSOUD mohammed

 

VI- Sa relation avec les chérifs petits fils du cheikh sidi Ahmed TIDJANI satisfaction d'Allah sur lui

Sidi Mohammed ERRADI GENOUN a noué des relations de solide amitié avec la plupart des petits fils de sidna cheikh , satisfaction d'Allah sur lui. Particulièrement avec le chérif vénéré Moulay Taher fils de sidi bachir fils de sidi Mohammed El kabir fils de sidi Mohammed El bachir fils de sidi Mohammed El habib fils du pôle caché et du sceau de la sainteté connu sidna Cheikh Ahmed Tidjani satisfaction d'Allah sur lui . Les deux hommes sont maintenant amis depuis plus de 30 ans.

Photo du professeur sidi Mohammed ERRADI GENOUN à droite, accompagné du chérif vénéré, le pur, le racé, le détenteur du rang singulier : moulay Taher Tidjani satisfaction d'Allah sur lui

 

La même relation le lie également avec le chérif vertueux sidi Ali Haydara fils de sidi mohammed el habib (le résidant à Dakar au Sénégal) fils de sidi mahmoud fils de sidi mohammed el bachir fils de sidi mohammed el habib fils du pôle caché et du sceau de la sainteté connu sidna Cheikh Ahmed Tidjani satisfaction d'Allah sur lui . Ce chérif a écrit à notre homme une autorisation de plusieurs pages dans la voie tidjaniya.

Photo du professeur sidi Mohammed ERRADI GENOUN accompagné du chérif vénéré l'érudit et gnostique sidi Ali haydara Tidjani, satisfaction d'Allah sur lui

 

VII- Ses ouvrages:

Notre homme est l'auteur de plusieurs publications, écrits et authentifications de différents livres et œuvres. On peut citer, à titre d'exemple :

•  Etude et authentification du livre jawahir al maani (les perles des significations ..) du gnostique sidi haj ali harazem BERRADA al fassi, satisfaction d'Allah sur lui.

•  L'intégrité des aspirations par quelques mérites et informations sur le cheikh TIDJANI

•  Les documents du pôle divin le cheikh sidi ahmed ben m'hammed TIDJANI

•  Les lettres du prodige des prodiges de souss : le légiste Abou Abdallah sidi Mohammed AKENSOUSS.

•  Le compendium du musc exhalé dans le rappel de quelques mérites de notre sir Mohammed arbi ben Sayeh

•  Les lettres du gnostique et juge al haj Ahmed SKIREDJ ANSSARI KHAZRAJI (4 tomes)

•  L'offre de la régalade en faveur de l'interrogateur, dans le rappel de ce qu'a reçu l'érudit sidi Ahmed SKIREDJ comme lettres

•  Présentation succincte de quelques aspects de la vie de l'érudit et professeur sidi Mohammed ben Mohammed LAHJOUJI.

•  Le jardin des souhaits et des aspirations dans la biographie de sidi Arbi ALAMI LAHIANI

•  Les lettres de l'érudit sidi Abdelkrim ben arbi BENNIS

•  Le secret éblouissant dans le voyage avec sidi Mohammed TAHER TIDJANI

•  Répertoire général des écrits sur la tariqa tidjaniya

•  Extraits de la poésie du lettré sidi Abdelqader LEPARIS

•  Biographie du légiste sidi Mohammed ben yahya PALAMINO Rbati

•  Biographie de l'érudit sidi Ahmed ben Kacem GUESSOUSS

•  Biographie de l'érudit sidi Tayeb Awad SSLAOUI

•  Biographie de l'érudit et Hafiz sidi Ahmed ben moussa SSLAOUI Hassnaoui

•  Extraits des lettres de l'érudit sidi Hammad ben haj Ayachi SKIREDJ ANSSARI KHAZRAJI

•  Femmes Tidjanis

•  Cahier journal tidjani

•  Authentification du livre « ithaf ahl al maratib al irfaniya » (L'offre de la régalade aux gens dignes des hauts rangs gnostiques, en citant les biographies de certains grands hommes tidjanis, de l'auteur : l'érudit sidi Mohammed LAHJOUJI Hassani) en 8 tomes

•  Etude et authentification du livre « rafae anniqab » (Levée du voile suite à la levée du rideau sur les compagnons du Sheikh Tijani, de l'auteur : le gnostique sidi Ahmed ben haj Ayachi SKIREDJ ANSSARI KHAZRAJI) en 4 tomes.

… et bien d'autres d'écrits, de publications, d'études et d'authentifications.

 

Notre homme est également l'auteur de plusieurs poèmes traitant de l'éloge de sa grand mère lalla Fatima zohra, satisfaction d'Allah sur elle. Il a rassemblé ces poèmes dans un volume qu'il a intitulé « Fatimiyates ».

De même, il a écrit des poèmes dans l'éloge du cheikh, satisfaction d'Allah sur lui. A titre d'exemple son poème « Al badr al lamie » (la lune étincelante dans l'éloge du cheikh , satisfaction d'Allah sur lui) est un poème ramifié selon la salat Fatihi. C'est-à-dire chaque début de vers est une lettre de la salat Fatihi suscitée. La ramification des poèmes selon cette salat chérifienne constitue en effet un bon présage.

Le prélude du poème est le suivant :

Y-a-t-il une prévention à l'égard de l'amour et de la passion ?

Est-ce à travers la raison qu'on doit s'en écarter?

Si 1000 voiles se mettent sur mes yeux en guise de protection

Et de couvercle, une seule rencontre les aurait tous démantelés

 

Ne dis pas mon rendez-vous sera l'arrivée et la rencontre, tu oublieras

La souffrance d'y veiller qui fut une maladie

La peste de la passion et de l'amour est une folie

Et des paupières desquelles la somnolence s'en détournera

 

Nul ne doit s'en prendre au soupirant affolé

dans ce qu'il exprime comme mécontentement et déplaisir

… etc

 

VIII- Ses séquences dans la tariqa tidjaniya

Parmi les séquences de notre homme dans la voie tidjaniya, on peut citer ce qui suit :

Il a été autorisé par:

•  Le petit fils du cheikh, le chérif sidi Ali Haydara, autorisé lui-même par son père le calife chérif sidi Mohammed el Habib autorisé par son père le calife sidi Mahmoud autorisé par son père le calife sidi Mohammed Bachir autorisé par le gnostique sidi Taher BOUTAIBA TLEMCANI autorisé par le célèbre pôle sidi hadj Ali TAMACINI autorisé par notre cheikh Abi al Abbass TIDJANI, satisfaction d'Allah sur lui.

•  Le chérif sidi M'hammed LAHJOUJI autorisé par son père l'érudit chérif sidi Mohammed LAHJOUJI autorisé par le chérif sidi Mohammed ben arbi Alaoui ZARHOUNI surnommé le roi des Moqadems, autorisé par le célèbre pôle sidi Mohammed arbi ben Sayeh autorisé par le gnostique sidi Mohammed ben Hachmi SERGHINI autorisé par le gnostique sidi Mohammed ben Abdelwahed BENNANI missri autorisé par notre cheikh Abi al Abbass TIDJANI, satisfaction d'Allah sur lui.

•  Sidi Arbi ben sayeh satisfaction d'Allah sur lui, a lui-même été autorisé dans la voie tidjaniya selon plusieurs séquences, parmi ces séquences on peut citer qu'il a été autorisé par :

•  le gnostique sidi Abdelwahab ben Al ahmar al fassi autorisé par notre cheikh Abi al abbass Tidjani, satisfaction d'Allah sur lui.

•  Sidi Mohammed ben abi annassr alaoui sijilmassi autorisé par notre cheikh Abi al abbass Tidjani, satisfaction d'Allah sur lui.

•  Le célèbre pôle sidi haj ali tamacini, satisfaction d'Allah sur lui, autorisé par notre cheikh Abi al abbass Tidjani, satisfaction d'Allah sur lui.

•  .. ainsi que par d'autres séquences.

 

Notre homme a été autorisé également par:

•  Le feu professeur sidi ibrahim hane autorisé par le cheikh Mahi autorisé par l'érudit digne de l'afflux du cheikh Tidjani : Sidi ibrahim Niass, autorisé par le gnostique sidi haj Ahmed SKIREDJ Fassi Anssari Khazraji autorisé par le gnostique sidi Ahmed Abdellaoui autorisé par le célèbre pôle sidi haj ali tamacini, satisfaction d'Allah sur lui, autorisé par notre cheikh Abi al abbass Tidjani, satisfaction d'Allah sur lui

Sidi Mohammed ERRADI GENOUN s'est échangé l'autorisation avec son ami le célèbre érudit sidi ibrahim saleh houssaini, ainsi qu'avec sidi Hassan cisse, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde. Les deux sont autorisés par des séquences arrivant au cheikh sidi Ibrahim NIASS qu'Allah soit satisfait de lui.

Il s'est échangé également l'autorisation avec l'auteur de ces lignes, moi-même l'esclave d'Allah : Ahmed ben Abdallah SKIREDJ Fassi Anssari Khazraji, j'ai été autorisé dans la voie tidjaniya par l'oncle de mon père hadj Abderrahmane SKIREDJ, qui a été autorisé à son tour par son grand frère l'érudit et gnostique sidi Ahmed ben haj ayachi SKIREDJ, satisfaction d'Allah sur lui, autorisé par le gnostique sidi Ahmed Abdellaoui autorisé par le célèbre pôle sidi haj ali tamacini, satisfaction d'Allah sur lui, autorisé par notre cheikh Abi al abbass Tidjani, satisfaction d'Allah sur lui

IX- Sa relation avec l'érudit et le gnostique sidi Ahmed ben haj ayachi SKIREDJ, satisfaction d'Allah sur lui, ainsi qu'avec l'ensemble de la famille SKIREDJ

Parmi les évènements fabuleux vécus par la famille de l'érudit et du gnostique sidi Ahmed ben haj Ayachi SKIREDJ, satisfaction d'Allah sur lui, le fait extraordinaire suivant :

Juste avant sa mort, l'érudit et gnostique suscité a conseillé ses enfants et ses petits enfants de bien garder ses livres et sa bibliothèque, de bien la protéger et de s'y intéresser. Il leur a annoncé qu'après environ 50 ans de sa mort : Un homme va apparaître et va faire sortir les livres de leur endroit et va les revivifier. Cet évènement doit faire l'objet de méditation.

En effet, notre homme sidi Mohammed ERRADI GENOUN avait vu dans son rêve l'érudit feu sidi Ahmed SKIREDJ, satisfaction d'Allah sur lui. Ce dernier lui a dit , compte tenu de sa modestie : moi je ne suis rien ! Notre ami lui répondit : Non, sir, vous êtes quelque chose et non pas n'importe laquelle. Vos livres témoignent de votre valeur inestimable et ce jusqu'au jour de la rencontre d'Allah, exalté soit il. Le gnostique sidi SKIREDJ lui répondit dans ce rêve prodigieux: Rends toi chez moi, là où mon enfant sidi Mohammed El kabir réside, et prends en les livres (c'est-à-dire la bibliothèque).

La même nuit, sidi Mohammed el kabir, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde, petit fils de l'érudit sidi Ahmed SKIREDJ, satisfaction d'Allah sur lui, a vu son grand père le gnostique suscité dans un rêve. Il lui a dit : Un chérif (descendant du prophète prière et salut d'Allah sur lui) va te rendre visite, reçois le comme il faut, et donne lui ce qu'il veut de mes livres.

Sidi Mohammed el kabir se réveilla, il accomplit la première prière de l'aube, et resta debout inhabituellement jusqu'à ce que la porte sonna. C'était le chérif sidi Mohammed ERRADI GENOUN IDRISSI HASSANI. Il l'a pris dans ses bras en lui disant : Depuis la mort de mon grand père l'érudit sidi Ahmed SKIREDJ satisfaction d'Allah sur lui, je ne l'avais jamais vu dans un rêve, jusqu'à la nuit d'hier. Et il lui a raconté ce qu'il avait vu dans son rêve, puis il lui a livré sa bibliothèque, en lui cédant tout ce dont il a eu besoin, sachant que sidi Mohammed el kabir se montrait très avare quand on lui parle de sa bibliothèque. Il n'a jamais laissé quelqu'un lire les livres, ni emprunter la moindre page, ni même s'en approcher ou les voir.

Après cet évènement notre homme a fait connaissance de plusieurs membres de la famille skiredj, ils l'ont beaucoup aimé, et l'ont considéré un des leurs. Il assiste souvent à leurs cérémonies, il s'assoit à coté d'eux dans une même table et dans un même banquet. Ils lui dissimulent dans leurs forts intérieurs les plus pures expressions de l'affection et de l'amour. A leur tête « la bénédiction incarnée » : Lalla Meriem fille directe de l'érudit sidi Ahmed SKIREDJ, sidi Mohammed el bachir SKIREDJ, sidi Abdelhay SKIREDJ, sidi Othman SKIREDJ, sidi hadj boubker SKIREDJ, sidi Abdelhadi SKIREDJ et bien sûr l'auteur de ces lignes Dr Ahmed ben Abdallah SKIREDJ et bien d'autres membres de la famille…

Photo de notre ami à gauche en compagnie du professeur vertueux le lettré l'intellectuel sidi Mohammed el kabir SKIREDJ, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde, et de son petit enfant sidi taha ben sidi chakib skiredj. Ils sont chez sidi mohammed el kabir à casablanca.

 

Photo du professeur vertueux l'intellectuel sidi Mohammed el kabir SKIREDJ, qu'Allah ait son âme en sa sainte miséricorde, à gauche, en compagnie de l'érudit et gnostique sidi Mohammed el hafed al missri, satisfaction d'Allah sur lui.

 

Photo de notre ami au milieu. A gauche : le professeur vertueux le lettré sidi Abdelhadi SKIREDJ. A droite : l'auteur de ces lignes. Nous sommes chez sidi abdelhadi à Casablanca.

 

Louange à Dieu, sidi Mohammed ERRADI GENOUN qu'Allah le bénisse, est toujours parmi nous actif dynamique et vivace. Il ne ménage aucun effort dans le ravivage du patrimoine de notre cheikh TIDJANI, satisfaction d'Allah sur lui, sa publication et sa mise à disposition en faveur des frères tidjanis.

Et ce à travers sa collaboration à nos cotés dans ce site dédié au sayuti de son époque, au boukhari de la tariqa tidjaniya de son époque, l'érudit et gnostique Sidi Ahmed ben haj ayachi SKIREDJ, satisfaction d'Allah sur lui. Il y héberge ses livres, ses publications et ses authentifications gratuitement, qu'Allah le récompense.

Grâce à Allah qui nous a privilégié par ce travail en commun, nous avons pu le connaître davantage, et en bénéficier abondamment.

Louange à Allah. Que le salut d'Allah soit sur notre sir le prophète, ainsi que sur sa famille et ses compagnons .

Photo de notre ami à gauche. Je suis (auteur de ces lignes) à droite et nous sommes chez moi à Rabat.

Facebook du Professeur Sidi Mohammed ERRADI GENOUN

    
 
Copyright © Cheikh-skiredj.com 2011 (tous droits réservés)